Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 03:40

« Quand je n’arrive pas à trouver le sommeil, je déambule en pleine nuit dans les rues vides. 

C’est durant une de ces soirées que mon téléphone vibra. Un numéro masqué.

- Allo ? décrochais-je.

Aucune réponse. Aucun son.

- Allo ?

- Guillaume ? demanda une voix masculine.

- Lui-même.

- C’est Bill.

- Bill ! m’exclamai-je avec étonnement. Je ne m’attendais pas à t’avoir au téléphone.

Je n’avais pas eu de ses nouvelles depuis des mois. Notre conversation se poursuivit en anglais.

- Ouais, je sais. J’étais en voyage, j’ai pas pu te contacter plus tôt…

- Encore l’aventure ?

- Encore et toujours l’aventure, mon pote.

- Et tu n’as pas pensé à embarquer ton vieil ami français ?

- J’aurai pu te caser dans une de mes bagages c’est vrai. Mais tu n’aurai pas passé la frontière bolivienne !

- Raconte-moi, escroc d’amerloc.

- En fait, je t’appelle pour autre chose.

[...]

Je sentais venir le « quelque-chose » qui pointe le bout de son nez lorsque les conversations de routards en viennent à ce point. Ce truc qui vous dépasse, c’est le destin qui influe sur vous. Impuissant, vous assistez au spectacle.

- Euh, c'est-à-dire…

- Ca te dirait de venir aux U.S. ?

Silence. Réflexion. Décision.

- C’est pas l’envie qui m’en manque mais les derniers euros qu’ils me restent sont dans ma poche actuellement. Celle de droite. Et tu vois, ils se sentent seuls parce qu’ils ne sont que cinq. Le billet s’est fait la mal cette après-midi en échange de psychotropes puissants. Je me vois mal expliquer à mon banquier qu’un signe moins va s’imposer sur mon compte…

« Non, mon pote, j’apprécie vraiment ton offre. Je dois refuser.

Il soupira.

- Avec vous les français, tout est compliqué!

- Désolé, mon pote…

- Je savais que tu allais trouver une excuse. Alors j’ai dû prendre les choses en main, tu comprends ? J’me suis occupé de tout. Je t'ai pris des billets...

 

- C’est une blague ?

- Jeudi prochain à dix heures du matin, tu embarques pour Chicago.

- T’as pas fait ça ?

- Bien-sûr que je l’ai fait. Tu vas recevoir ton billet dans la semaine. Rassure-moi, tu as toujours ton passeport ?

L’image de mon passeport au fond du congélateur me revint à l’esprit.

- Euh… oui je l’ai. Mais Bill. J’peux pas débarquer comme ça.

- Bordel, Guillaume ! On ne vit qu’une fois. La route nous attend!

- J’avais pas prévu de venir, ce n’est pas la porte à côté…

- Allo ? Allo, Guillaume ?

Je savais que ce salaud simulait.

- Vraiment, j’ai du mal à te recevoir…

- Enfoiré d’américain, chuchotai-je.

- On s’est compris. Je t’attendrais à l’aéroport.

Il raccrocha. »

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Poupoune
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Bonjour à toi visiteur,

Sache que j'ai supprimé ce blog. Retrouve mon nouveau blog ici: http://guillaumeduhan.blogspot.com!

A bientôt!

Archives